Réforme des pensions : le travail autorisé, une mesure cosmétique en regard de l’urgence sociétale

Analyse 2013/17

À découvrir dans cette analyse

En Belgique, près de 79.000 pensionnés exercent une activité en tant qu'indépendants et plus de 32.000, en tant que salariés. Énéo, mouvement social des aînés, estime que les assouplissements récemment apportés dans les règles de cumul entre pensions et revenus professionnels peuvent être opportuns pour un certain nombre de pensionnés. Néanmoins, le cumul illimité n'est possible qu'à la condition d'avoir accumulé une carrière de 42 ans, ce qui limite la portée du dispositif (surtout pour les femmes, qui l'atteignent encore moins souvent). Vu le faible nombre de personnes concernées, la mesure semble dès lors cosmétique au regard des vrais enjeux tels que la majoration de la pension légale, les politiques d'aménagement de fin de carrière ainsi que le financement des pensions légales.

Questions pour lancer et/ou prolonger la réflexion

  • Pourquoi le travail est-il « autorisé » pour les pensionnés ?
  • Quels sont les éléments qui peuvent améliorer les conditions de travail des pensionnés (surtout s'ils sont contraints à travailler) ?
  • Énéo estime qu'il faut d'abord renforcer la pension légale. Pourquoi ?
  • En quoi continuer à travailler en étant pensionné peut-il influencer la vie de couple ou la vie de famille ? Quels sont les besoins en termes d'outils, de réflexions et d'actions ?

Thèmes

  • Travail autorisé
  • Pension légale
  • Passage à la retraite
  • Eurofound

Auteur

Kusuto Naïto

Télécharger l'analyse

pdfRéforme des pensions : le travail autorisé, une mesure cosmétique en regard de l’urgence sociétale (17.467 signes)