La douche froide pour les aînés

Après une légère bouffée d'optimisme suite à l'annonce de l'application intégrale de l'accord interprofessionnel et donc du volet pensions de l'enveloppe dite bien-être, les aînés voient leur vie se compliquer au fil des décisions récentes du gouvernement fédéral.

Au plan positif, Énéo, mouvement social des aînés, se réjouissait de voir sa demande d'attention aux pensions les plus anciennes enfin entendue puisque des efforts de +1% pour les pensions d'avant 1995 et de +2% pour les cohortes oubliées dans les accords précédents (2010 et 2011 (5 ans) sont prévues en sus des 2% d'augmentation pour tous les minima de pensions dans l'Accord Inter Professionnel (AIP). Cela n'avait plus été les cas lors des dernières décisions et le mouvement espère que ce mode de répartition sera reproduit lors des décisions suivantes, la marge à rattraper étant encore considérable.

Mais d'autres nouvelles glacent les aînés :

1. Nouvelle obligation de disponibilité pour les Prépensions et le Régime de Chômage avec Complément d'entreprise (RCC).

Nouvelles mesures sur les prépension et autres RCC : l'obligation de disponibilité sur le marché de l'emploi jusque 65 ans, l'autorisation d'absence limitée du pays, et l'imposition d'une carte de pointage de chômage, ...

On ne peut que s'étonner de la portée réelle d'une telle mesure si ce n'est la tracasserie administrative et la stigmatisation.

Peu de prépensionnés ont choisi ce statut largement imposé par les objectifs de réorganisation (surtout des banques et assurances) ou de licenciements (monde industriel) ...
Qui plus est cela a un effet rétroactif pour des prépensionnés qui, ayant accepté la diminution de leur pouvoir d'achat et encaissé l'impact psychologique de leur "déclassement", ont réorganisé leur vie qui à l'étranger, qui dans un investissement intra familial ou associatif...

Cette décision provoque auprès de nos membres les réactions suivantes :
- On installe l'inégalité entre prépensionnés et RCC sur le complément d'entreprise,
- le gouvernement mange sa parole,
- Il s'illusionne sur ces possibilités d'embauche pour ces aînés dont les entreprises n'ont plus voulu,
- Il y aura un impact négatif sur l'associatif qui sera encore précarisé par les 150 Mios que la Fédération Wallonie Bruxelles va devoir trouver d'urgence suite aux nouveaux paramètres de croissance du bureau du Plan.

Quel expert a pris le temps d'envisager le surcoût de ces mesures, non seulement pour le Forem et Actiris en suivis supplémentaires, mais aussi pour les Communautés et Régions en places d'accueil de la petite enfance à créer en plus pour remplacer les grands-parents ou en volontaires d'associations de services qui ne seront plus disponibles ?

Quelle politique de slogans sans perspective ... et l'idée de passer par une analyse au cas par cas ne peut satisfaire.

2. Suppression de l'exemption de disponibilité à l'emploi pour raisons sociales et familiales pour les demandeurs d'emploi.

Membre de la plateforme « aidants proches », Énéo interpelle le gouvernement sur la portée de cette mesure qui freinera encore la solidarité familiale ou de proximité en faveur de ceux qui se consacrent à l'aide aux moins valides, aux aînés en perte d'autonomie...

Après le durcissement sur les crédits temps non thématiques, voici une réforme d'une forme de crédit temps thématique pour les chômeurs (avant d'autres pour les salariés ?). Outre les pertes d'aide de proximité non médicalisées déjà dénoncée dans la mesure RCC, cela contraindra aussi les grands parents à être encore plus disponibles pour la garde d'enfants de personnes privées d'emploi et qui trouvent difficilement des places d'accueil à un prix abordable. Ils sont en effet trop souvent, illégalement mais effectivement, considérés comme moins prioritaires.

Ces mesures vont à nouveau concerner le quotidien des aînés et spécialement des familles les plus en difficulté.

Alors que les décisions gouvernementales doivent normalement subir le test Kafka, le genderstreeming, l'impact sur l'égalité des chances,... on peut s'interroger sur l'analyse qui est faite quant aux conséquences de tels dispositifs sur les aînés.... La concertation avec sur les autres entités (qui seront, vu leurs nouvelles compétences, chargées de trouver des solutions palliatives) ne semble pas non plus avoir été envisagée.

Énéo, mouvement social des aînés demande au gouvernent fédéral de revoir ces mesures négatives ainsi que celles sur les fins de carrières et de s'obliger systématiquement à un échange avec les Communautés et Régions avant toute nouvelle mesure impactant la vie des aînés.