Budget 2017, les aînés aussi touchés par les mesures du gouvernement

Bruxelles le 19.10.2016 - Communiqué de presse Énéo - Espace Seniors

Budget 2017, les aînés aussi touchés par les mesures du gouvernement

Les nouvelles mesures budgétaires prévues par le gouvernement pénalisent à nouveau les personnes les plus fragilisées et entre autres, les personnes âgées.

Il prévoit notamment une nouvelle restriction pour le calcul des pensions anticipées, l’augmentation du coût des médicaments à charge des patients et de réduire l’intervention de l’assurance maladie en faveurs des malades chroniques.

L’analyse des décisions budgétaires prises ce weekend, pose question.

Sont-elles réellement indolores pour les citoyens  et ont-elles  peu d'impact pour les aînés ?

Santé :

Les efforts de rationalisation des hôpitaux obligeront les patients à plus de déplacements (surtout pour les zones rurales) et le saut d'index imposé aux prestataires sera sans doute répercuté sur les patients en peu de temps. L’on parle déjà de suspendre l'accord médico-mutualiste !

Pour les aînés, les besoins  de soins médicaux adaptés et parfois réellement onéreux augmentent. La consommation de médicament s’élève aussi. L’inquiétude des aînés pour leur accès aux soins de santé n’est pas une illusion, les chiffres le démontrent dans le baromètre Solidaris consacré au bien-être (janvier 2016) :

  • Près de 5%  des personnes âgées de  70 à 74 ans ont dû renoncer à l’achat de médicaments prescrits par le généraliste au cours de l’année, ce pourcentage s’élève à 13,6% des personnes entre 55 et 59 ans !
  • Plus de 49 % des pensionnés interrogés étaient vraiment inquiets de la place de plus en plus importante des dépenses de médicaments dans leur budget.
  • 7% des 55-59 ans ont renoncé à aller chez le généraliste pour des raisons financières. Plus inquiétant encore, 14,9% n’ont pas été chez le spécialiste par manque de moyens. 5% des pensionnés sont dans la même situation.

Une vaste enquête menée par la Mutualité chrétienne (MC) et ses mouvements Altéo et Samana révèle que la moitié des familles dont un membre est invalide connaît des difficultés importantes pour boucler leur  fin de mois. Certaines se voient contraintes de renoncer à des soins de santé. Or le retour au travail n’est pas évident : 83% des invalides n’ont plus pu travailler depuis le début de leur incapacité. Et le report de l’âge légal de la pension risque, sans mesure d’accompagnement, de faire tomber nombre de travailleurs âgés en situation d’incapacité.

Pensions :

Sans parler ici des militaires et de la SNCB, la perte de niveau d'assimilation du revenu déjà en 2ème période de chômage diminuera la pension de près d'un demi-million de Belges à l'avenir.

Le gouvernement s’attaque aussi aux futurs pensionnés qui ne souhaiteraient pas prester une carrière complète. A partir de 2018, pour calculer le montant de la pension en cas de retraite anticipée, le gouvernement prendra comme référence le salaire minimum garanti pour les années de travail non prestées. Jusqu’à maintenant, le dernier salaire perçu était pris en compte pour le calcul de la pension. Pour un pension prise 5 ans avant l’âge légal, le travailleur perdrait environ 100 euros par mois.

Le gouvernement s’était aussi  vanté, contrairement au gouvernement précédent, de ne pas avoir raboté l’enveloppe dite « Bien-être »,  l’enveloppe qui permet de revaloriser les pensions les plus basses et les allocations sociales. Aujourd’hui il mange sa parole à en la réduisant de 161 millions notamment pour contrebalancer la cotisation de solidarités qui frappe les pensions les plus hautes.

De plus, le système de pensions partielles est un leurre par rapport au crédit temps fin de carrière actuel.

Financement :

Le gouvernement nous oriente par d’autres dispositifs vers une sécurité sociale moins financée :

  • Taxshift,
  • Première embauche par un indépendant sans charges ONSS à vie,
  • Ouverture à un 2ème pilier de pension complémentaire bis pour tous via des cotisations personnelles détaxées et sans ONSS (en plus du 2° pilier pour les contractuels et indépendants),
  • Avantages aussi sans ONSS ni impôts pour les voitures de société sans obligation de voiture : 400.000 voitures aujourd'hui, combien d'avantages financiers (450€) demain ?
  • Réforme de l'impôt des sociétés avec une diminution annoncée de 33 à 20 %,
  • ...

En 2030, le gouvernement risque de découvrir qu'il n'y a pas assez de cotisations pour financer les pensions à 67 ans et qu'il faut demander aux gens de travailler jusque 75 ans. Mais il ne faudra pas attendre 15 ans pour s’apercevoir que nombre d’aînés se priveront dangereusement de soins vu les coûts qui seront portés à leur charge.

Espace Seniors et Énéo, mouvement social des aînés demandent instamment au gouvernement de revoir ses décisions en analysant correctement les impacts à court et moyen terme sur la vie des aînés.

Contacts :

Énéo : Philippe Andrianne, Secrétaire politique - 0475 32 13 48

Espace Seniors : Isabelle Capiaux, Chargée de communication - 0476 27 12 63